Bière Brettée

Filtrer
      7 items

      7 items

      28 Brett 7.5% Brasserie 28 | Brett
      €2,75
      33cl A façon Acide Hainaut

      La 28 Brett propose des notes sures fruitées avec une belle sècheresse en bouche.

      OU Ajouter à ma Wishlist
      Wild Jo 5.8% De Koning | Brett
      €2,00
      33cl Acide Anvers

      Bière sauvage à la levure brettanomices.

      OU Ajouter à ma Wishlist
      Chevreuil 4% Source | Brett
      €5,25
      37.5cl Acide Bruxelles Nano

      Une acidité tranchante complétée par des notes douces d'abricot et de bourbon

      OU Ajouter à ma Wishlist
      Pigeon 3,5% Source | Brett
      €2,75
      33cl Acide Bruxelles Nano

      Bière brettée avec un dryhopping et une fermentation lactique.

      OU Ajouter à ma Wishlist
      Orval 6.2% Orval | Brett
      €2,25
      33cl Acide Luxembourg

      L'Orval est considéré comme la reine des trappistes.

      A la fois amère et acide, elle convient à l'apéro et au repas ou après une longue journée de travail.

      OU Ajouter à ma Wishlist

      Bière Brett est un style de bière qui fait une référence explicite à sa levure.

      La mention « brettée » peut avoir 2 significations : soit la bière a été fermentée avec de la levure de type brettanomyces, soit la bière a été contaminée par de la levure sauvage. Dans le premier cas il s’agit d’une bière appréciée, dans le second cas, il s’agit d’un défaut.

      Il est existe en effet 2 types de levures : les saccharomyces et les brettanomyces, appelées également « levures sauvages ».

      A l’origine, toutes les bières étaient inoculées avec de la levure sauvage présente dans l’air. Avec Pasteur et l’invention des cultures de bactéries, il fut désormais possible de choisir les levures utilisées.

      Les exemples les plus connus de bières fermentées à la levures sauvages sont les lambics et gueuzes, qui sont typiques de la vallée de la Senne, c’est-à-dire Bruxelles et ses alentours. Ainsi Cantillon, Oud Beersel, Tilquin ou encore Drie Fonteinen sont des noms bien connus pour les amateurs de gueuzes.

      Une autre bière, bien plus connue, l’Orval contient également des brettanomyces. On retrouve ainsi son emprunte caractéristique au nez.

      A l’inverse, la présence de brettanomyces peut être un défaut. On parle alors de bières contaminées. La contamination est la hantise des brasseurs car sa conséquence est bien souvent la perte de plusieurs heures de travail et de milliers de litres déversés dans les égouts. Il y a des contaminations heureuses (présence légère de brettanomyces) et des contaminations désagréables au palet. Dans tous les cas, la bière même contaminée ne vous rendra pas malade, du moins si elle est bue en quantité raisonnable.